Bruit : quel constat pour le trafic ferroviaire ?

Bruit : quel constat pour le trafic ferroviaire ?

L’OMS (Organisation mondiale de la santé)  a formulé dans un rapport en date du 10 octobre 2018 un certain nombre de recommandations spécifiques en matière de bruit dû au trafic routier, aérien, mais également ferroviaire qui, jusqu’alors, bénéficiait de plusieurs dérogations.

Dans son rapport du 10 octobre 2018, l’OMS s’est penchée sur la question du bruit. La question du bruit est importante, car c’est un enjeu de santé publique qui va avoir des répercussions sur la santé et le bien être humain. Par ses recommandations l’OMS souhaite  améliorer la protection de la santé humaine contre l’exposition au bruit provenant de sources diverses comme les transports. L’Organisation considère que le bruit lié aux transports n’est pas suffisamment pris en considération, notamment concernant le trafic ferroviaire. Par conséquent, l’OMS a réévalué les impacts sanitaires  du bruit lié aux transports et a formulé un certain nombre de recommandations aux responsables politiques afin que ces derniers mettent en œuvre des mesures adaptées.

L’OMS recommande, la mise en œuvre de mesures adaptées, susceptibles de réduire l‘exposition au bruit moyen et nocturne provenant du trafic ferroviaire, dans les populations exposées à des niveaux supérieurs aux valeurs indiquées dans la directive. A noter que l’OMS précise que les données scientifiques sont insuffisantes pour qu‘il soit possible de recommander un type d‘intervention plutôt qu‘un autre.

  • Concernant l’exposition moyenne au bruit, l’organisation recommande fortement de réduire les niveaux sonores produits par le trafic ferroviaire à moins de 54 dB Lden, car un niveau sonore supérieur à cette valeur est associé à des effets néfastes sur la santé.

 

  • Concernant l’exposition aux bruits nocturnes, l’organisation recommande de réduire les niveaux sonores produits par le trafic ferroviaire nocturne à moins de 44 dB Lnight, car un niveau sonore nocturne supérieur à cette valeur est associé à des effets néfastes sur le sommeil.

 

En dehors du bruit dû au trafic ferroviaire, le rapport d’intéresse aussi au bruit dû au trafic routier, au trafic aérien, aux éoliennes et aux loisirs.

Ne ratez aucune actualité, suivez nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *