L’éco-conception, un puissant levier d’action sur l’environnement

L’éco-conception, un puissant levier d’action sur l’environnement

Dans le cadre de la semaine européenne de la réduction des déchets (SERD) qui se déroule du 21 au 29 novembre, nous avons décider de nous questionner sur un concept en pleine expansion : l'éco-conception.

Emergence de l'éco-conception 

Actuellement, l’éco-conception est définie par l’ADEME comme « une démarche préventive et innovante qui permet de réduire les impacts négatifs du produit, service ou bâtiment sur l’environnement sur l’ensemble de son cycle de vie (ACV), tout en conservant ses qualités d’usage ». Cette approche a fait ses débuts dans les années 80/90 et a évolué depuis (cf. figure 1).

 

L’éco-conception correspond donc à une analyse réalisée en amont de la production sur les contraintes environnementales d’un produit à chaque étape de son cycle de vie dans l’objectif de minimiser son impact sur l’environnement tout en garantissant un niveau comparable ou supérieur de rentabilité.

Avantages et bénéfices d’une stratégie d’éco-conception et d’une production éco-conçue

L’éco-conception tient compte de l’ensemble des étapes du cycle de vie (cf : figure 2).

 

Grâce à cette approche exhaustive du cycle de vie, plusieurs bénéfices peuvent en être tirés sur l’aspect environnemental, l’aspect économique et l’aspect concurrentiel (cf : figure 3).

L’éco-conception intègre ainsi les principes de prévention et de précaution sur l’ensemble d’un cycle de vie. Néanmoins, l’éco-concepteur peut avoir à prioriser ses actions. Lors du développement du plan de conception, l’éco-concepteur peut décider de donner la priorité aux impacts environnementaux les plus importants mais il peut également choisir de prioriser les impacts environnementaux les plus faciles à traiter. Il s’agit ici de construire un modèle de production à la fois respectueux de l’environnement et économiquement viable lorsque les deux enjeux doivent être conciliés.

Selon le rapport de l’ADEME de 2017, l’éco-conception permet une augmentation du chiffre d’affaire de 7 à 18% et une réduction des coûts de production de 3%.

Qualité vs Coûts

Certains produits éco-conçus peuvent afficher un prix de vente plus élevé que leurs homologues non éco-conçus. Ceci peut s’expliquer par la qualité du produit, la fabrication à plus petite échelle de celui-ci, le recours à des technologies de fabrication innovantes etc. L’inverse est également vrai. De nombreux postes de coûts peuvent être abaissés lorsqu’un produit est fabriqué selon une stratégie d’éco-conception. Par exemple, l’usage de matières premières de seconde vie, le recours aux circuits courts, la réduction de consommation d’énergie et de matières premières lors du process de fabrication etc. pourront permettre de proposer un prix de vente concurrentiel. A noter que quel que soit le prix de vente initial, les produits éco-conçus sont pensés et crées pour permettre à l’utilisateur de réaliser des économies à l’usage.

Les limites d'application

L’éco-conception peut se heurter à plusieurs contraintes telles que le facteur économique, notamment pour le choix et l’accès aux matières premières, les circuits d’apport et de distribution, les coûts engendrés par une fabrication innovante, par le process de création et développement ainsi que par l’analyse du cycle de vie.

Egalement, la contrainte réglementaire peut être un frein dans la démarche ; par exemple la réglementation REACH ou la Directive SEVESO pour l’usage de produits dangereux, les réglementations relatives aux performances minimales du produit (ex : efficacité énergétique), les référentiels techniques etc.

La faisabilité, l’industrialisation et la concurrence peuvent de même limiter l’éco-conception qui se doit d’être compatible avec l’état des technologies et techniques actuelles, avec une production « de masse » et avec un modèle économique accessible aux consommateurs.

Enfin, le marketing est un enjeu majeur pour les produits éco-conçus qui affichent des prix de vente plus élevés que leurs homologues (éco-conçus et non éco-conçus). L’aspect économique étant un critère prioritaire et souvent déclencheur d’actes d’achat pour les consommateurs, une communication efficace autour de ces produits pourra augmenter leur attractivité et les parts de marché. Pour cela, la stratégie de marketing adoptée doit permettre et faciliter la comparaison des produits entre eux et valoriser les atouts des produits éco-conçus.

 

L'éco-conception dans l'économie circulaire

L’éco-conception s’inscrit pleinement dans une économie circulaire qui vise à préserver les ressources, à réduire les déchets et le gaspillage tout en permettant un développement économique et industriel. L’économie circulaire constitue un modèle de production et de consommation durable tenant compte des enjeux environnementaux, économiques et sociaux. En France, la transition vers une économie circulaire est reconnue officiellement comme l’un des objectifs de la transition énergétique et écologique et comme l’un des engagements du développement durable.

Elle repose sur 7 piliers :

  • L’approvisionnement durable (recourir à des ressources dont les impacts environnementaux et sociaux liés à leur extraction et leur exploitation sont minimisés) ;
  • L’écologie industrielle et territoriale (optimiser/mutualiser l’usage des ressources sur un territoire entre plusieurs acteurs économiques) ;
  • L’économie de fonctionnalité (privilégier l’usage à la possession, vendre un service plutôt qu’un bien) ;
  • La consommation responsable (prise en compte des impacts environnementaux et sociaux à toutes les étapes du cycle de vie du produit dans les choix d’achat, que l’acheteur soit public ou privé) ;
  • L’allongement de la durée d’usage (lutte contre l’obsolescence programmée, favoriser le recours à la réparation, le réemploi, la réutilisation) ;
  • L’amélioration de la prévention, de la gestion et du recyclage des déchets (y compris en réinjectant et réutilisant les matières issues des déchets dans le cycle économique) ;
  • L’éco-conception.

Afin de favoriser le recours à cette stratégie de production, des aides publiques, subventions et fonds sont proposés (ex : aides de l’ADEME).

Ne ratez aucune actualité, suivez nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *